dimanche 9 novembre 2008

Mai-juin 1941 Le Monde retient son souffle

Front européen
















3 mai 1941, de bon matin, les chars allemands passent la frontière séparant le Reich de l'Union Soviétique sous une pluie battante. Le plus grand conflit qu'ait jamais connu l'humanité commence...










Hitler le pense, il suffit de donner un bon coup de pied dans la porte pourrie, et toute l'URSS s'écroulera.


















La guerre commence sous la pluie pour la Wehrmacht. La Luftwaffe décide donc de ne guère intervenir afin de garder ses forces pour les prochaines semaines. Les maigres troupes de frontière soviétiques sont balayées et les Allemands s'emparent de la capitale lithuanienne Kaunas, de la vieille forteresse Brest-Litovsk ainsi que de Lvov. La voie est libre pour de plus profondes offensives en territoire national soviétique cette fois !













En Afrique du nord, les bombardiers italiens qui tetaient de bombarder Alexandrie sont repoussés séchement par les Hurricanes. La terrible division San Marco prend la mer, et l'angleterre tremble, où va-t-elle de nouveau débarquer ?

Les Alliés ne restent cependant pas inactifs. Des sous-marins britanniques coulent des cargos italiens au large de la Sicile. Le ravitaillement de l'Afrique du Nord devient décidément un problème stratégique majeur pour les puissances de l'Axe. Des cuirassés britanniques se déploient de même en méditterrannée occidentale, et il s'en suit une petite mais âpre bataille aéronavale au cours de laquelle le vieux Revenge est envoyé par le fond par les avions italiens !














Sur le front russe, Joukov a rallié des unités nouvellement constituées mais cela n'empêche pas l'offensive nazie de se poursuivre, cette fois sous un soleil radieux qui ne se démentira plus. Les stukas se précipitent sur les grandes unités blindées soviétiques qui défendent Minsk, mais les héroïques escadrilles de MiG1 tentent de faire front ! En pure perte, les chasseurs allemands déciment leurs adversaires inexpérimentés. Mais une nouvelle fois, les bombardements tactiques des stukas manquent de précision et d'efficacité, ce qui amène le Haut-commandement allemand à s'interroger sur leur fiabilité. Une seule attaque permet à la Wehrmacht de faire 200 000 prisonniers de plus, tandis que les points blindées allemande approchent de Vitebsk et de Kiev. La Hongrie de l'Amiral Horty rejoint les rangs de l'Axe afin de participer à la curée !
































Les Soviétiques tentent frénétiquement de rétablir une ligne défensive, mais la pression est terrible ! Les bombardiers frappent les pointes avancées blidées en Ukraine, mais avec un succès mitigé. Les Britanniques de leur côté passent à l'offensive en Méditterrannée orientale et surprennent la flotte italienne ! C'est un massacre. Le cuirassé Anson est endommagé et le croiseur Birmingham est coulé, alors que le Vittorio Veneto est gravement endommagé, et les croiseurs Eugenio di Savoia et l'Abrazzi rejoignent les flots glacés qui leur servent de linceul. La marine italienne accuse le coup, et se replie afin de panser ses plaies, laissant les troupes en Afrique du nord coupées de ravitaillement ! Leur situation semble d'un coup bien précaire !

De même, les bombardiers anglais frappent les usines lilloises avec succès ! Le fighting spirit commence à payer pour le Royaume-Uni.
















Pendant ce temps, le calvaire de la Russie se poursuit. Cette fois-ci, les Allemands percent le front de toute part et s'emparent de Riga. Les QG de Joukov et de Yeremenko sont encerclés et détruits ! C'est une catastrophe pour l'Union Soviétique, alors que les Finnois, qui sont rentrés dans la guerre aux côtés de l'Allemagne s'emparent de Mourmansk. Les Alliés redoutent alors un effondrement total de l'URSS et les opérations britanniques s'interrompent afin de lui donner un second souffle (toutes les nations alliées passent, sauf l'URSS). Une nouvelle ligne de défense est établie, mais elle paraît bien peu de chose face au juggernaut allemand qui n'a pas subi pour l'instant de perte.
























Mais l'Allemagne continue ses attaques et bientôt Vitebsk tombe à son tour le 27 juin 1941 ! Les deux prochains mois sont envisagés avec résignation par le haut-commandement soviétique, la STAVKA, qui sait que la guerre qui vient de s'engager est une guerre de survie pour l'URSS.




















Front asiatique

Après le triomphe de Chung-King, les troupes nippones continuent leur offensive, bien décidées à détruire une bonne fois pour toute l'armée nationaliste. La poche qui s'était formée au sud-est de la capitale déchue est bombardée sans relache, mais avec un succès mitigé par l'artillerie et les avions nippons. Agacé, Yamamoto déclare une attaque impulsivement et les miliciens de Nan-King chargent au cri de "longue vie à l'Empereur", le Banzaï traditionnel ! C'est cependant un succès éclatant qu'ils payent de leur sacrifice ! La poche est liquidée et 200 000 prisonniers rejoignent leurs innombrables camarades en captivité.
Fort de ce succès, les unités nippones, renforcées par un corps méchanisé, lance une offensive blitzkrieg sur les troupes défendant le sud-est de Cheng-Tu, dernier bastion antionaliste tant convoité ! Les Chinois se débandent sans même se défendre, et laissent de nouveau 200 000 hommes sur le terrain. L'armée nationaliste a quasiment cessé d'exister. Les Nippons, grisés par ces triomphes, tentent la même opération sur mes communistes à l'est de Cheng-Tu, mais ils sont cette fois stoppés par la résistance farouche des hommes de Mao, sans pour autant subir de perte ! Le bilan du mois est cependant très favorable et une occupation totale de la Chine peut être envisagée d'ici à un an. Pendant ce temps, des troupes nippones se déploient sur les terrains d'opération périphériques. Le Siam voit l'arrivée de troupes en nombre, alors que l'ombre de la guerre généralisée grandit. Les usines Mitsubishi et Nakajima produisent en masse A6M5 Zéro et B5N2 Kate, de redoutables instruments de guerre entre les mains expertes des pilotes japonais. Mais les perspectives d'invasion sont moroses, les Britanniques disposent en effet de plus de 15 corps afin de défendre la Malaisie, l'Inde et l'Australie, et les Américains occupent aussi massivement leurs territoires. La guerre s'annonce tout sauf facile pour l'Empire du Soleil Levant.
















Les pertes du tour...

2 commentaires:

Tietie007 a dit…

Ca fait plaisir de voir des cartes de WiF, j'ai tellement joué à ce jeu, à une certaine époque !

Julien a dit…

Tant mieux que cela te plaise !
Sache aussi que cela faisait bien longtemps que je n'avais plus joué ! Au moins 7 ou 8 ans. Et bien Wif, c'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas ! Tu n'as plus qu'à t'y remettre !

Julien